logo

Création photographique “Territoires de l’écriture”

Photographies © Jean Belvisi / 2015

“Territoires de l’écriture” est, parmi les productions  de MALTAE (Mémoire A Lire, Territoire  A l’Ecoute), une création photographique du photographe auteur Jean Belvisi.
Elle présente quinze portraits (en diptyques) des cinq pays partenaires (3 par pays) et donne à lire une réalité culturelle européenne commune ou partagée autour du thème de la lecture et de l’écriture.

Ces séries de portraits photographiques, ces « paysages humains », lieux virtuels, imaginaires et poétiques, mais aussi ancrés dans une réalité sociale, montrent quelques personnages (ayant tous un lien avec la lecture ou (et) l’écriture) en situation d’acteurs dans leurs lieux d’interventions ou de vie, par une mise en diptyques et mise en résonnance d’un portrait humain et d’un paysage habité.
Le territoire cité, « territoire de l’écriture », est ici territoire vécu.
MALTAE est une association dont l’objet social est la culture du territoire partagé(e), dont un des axes est l’approche entre arts et sciences.

  • preloading

    Birgit Stessl, lecture aux enfants hospitalisés / «Lesehöhle» in der bärenburg, univ.-Klinik für kinder- und jugendchirurgie, Graz, Autriche.

  • preloading

    Sabine Aigner & Helmut Alexander Schlatzer, animations/spectacles souvent basés sur des livres ou des contes populaires, ateliers théâtraux / Neue Mittelschule, St. Marein im Mürztal, Autriche.

  • preloading

    Wolfgang Khil, collection, conservation et utilisation de vieilles presses et d’autres machines d’imprimerie dans des ateliers artistiques / Graz, Autriche.

  • preloading

    France Fontaine, formatrice en alphabétisation, collectif Alpha, Saint-Gilles, Bruxelles, Belgique.

  • preloading

    Françoise Deppe, bibliothécaire et clown / Parc aux canards, entre la rue Hôtel des Monnaies et la rue de Parme à Saint-Gilles, Bruxelles, Belgique.

  • preloading

    Jean Pierre Canon, libraire / Librairie la Borgne Agasse, Ixelles, Belgique.

  • preloading

    Emmanuelle Arriaga-Lanzoni, directrice des médiathèques de Mons et Tourrettes, Var, France.

  • preloading

    Bernard Kalef, compositeur, professeur en classes de MAO et de composition / Toulon, France.

  • preloading

    Jean-Luc Velay, chercheur en sciences neuro-cognitives au CNRS de Marseille.

  • preloading

    Grzegorz Kilian, créateur du scriptorium / Cathédrale de Pelplin, Pologne.

  • preloading

    Jerzy Budnik, relieur dans son atelier / Pelplin, Pologne

  • preloading

    Wojciech Węckowski, chairman of the Board Bernardinum Printing House / Pelplin, Pologne.

  • preloading

    Emil Nicolae, journaliste, expert du Ministère de la Culture et des Cultes en bibliophilie, muséographe, écrivain, membre de l’Union des Ecrivains, membre de l’Union des Journalistes Professionnels / Synagogue de Piatra-Neamt, Roumanie.

  • preloading

    Le père Andrei, moine, guide et responsable de la bibliothèque de livres rares Monastère orthodoxe du Neamt, Roumanie.

  • preloading

    Raluca Năclad, consultant artistique au Théâtre de la Jeunesse de Piatra-Neamţ et rédacteur en chef de la revue ANTITEZE / Théâtre de Piatra-Neamt, Roumanie

Jean Belvisi est né en 1960 et vit actuellement dans le Var.
En 1985, sortant de l’école des beaux-arts de Marseille, il devient auteur photographe indépendant. Il photographie alors surtout dans le secteur culturel, pour les musées de Marseille puis dans le spectacle vivant, théâtre de rue, danse …

Il développe depuis 2005 des projets d’explorations et représentations photographiques des territoires, portant ainsi un regard croisé sur l’homme et le paysage : c’est le paysage révélé.
La nature de l’homme et ce paysage habité forment un couple indissociable et indissocié et c’est à travers le choix de sites privilégiés puis la mise en regard de ces ensembles qu’il s’agit de laisser la matière faire son chemin – laisser la résonance agir – et peu à peu amorcer les traces visibles – inscrire des signes.

Par la transversalité de sa démarche – Le paysage révélé – cette vision sensible des territoires intéresse et associe, en amont, pendant et en aval des projets, de multiples acteurs du territoire (Scientifiques, économiques, artistiques, etc. …).
Ce point de vue photographique explore par un cheminement commun : espaces « naturels » et urbanité, tiers-paysage et nature de l’homme. Il est l’outil d’une révélation du paysage. Objet de rêverie, de plaisir, de débats…
Il se propose au service des territoires afin qu’ils puissent s’en emparer pour réfléchir et construire collectivement.

  • Share